On apprend ainsi que l’astronaute Claudie Haigneré est fan de Simone Veil, que Michèle Cotta craque pour Françoise Giroud (moi aussi !), que Myriam Lamare, championne d’Europe et du monde en boxe anglaise et française, ne jure que par Madonna, que Julie Coudry, fondatrice de la Confédération étudiante, vénère Talisma Nasreen.

Au total, elles sont quinze à exposer ainsi leur admiration pour le parcours et la réussite d’autres femmes. De beaux hommages qui se lisent avec plaisir.

Mais, lorsque j’ai refermé ce livre, j’ai eu comme un curieux sentiment. A quelques exceptions près, toutes ces femmes citent des modèles féminins de leur niveau social, et surtout des femmes bien connues sur la place publique. Faut-il donc être un brin « people » pour avoir une chance d’inspirer, de rayonner ? Et je me suis mise à rêver d’un livre où des inconnues révèlent tout ce qu’elles doivent à d’autres inconnues. Mais finalement, qui cela intéressait-il vraiment ?