Accueil

samedi 4 juillet 2009

Elle a réalisé le rêve de sa vie : devenir infirmière

femme4 J'ai repĂ©rĂ© son parcours sur Facebook et aussitĂ´t, je me suis dit qu'il fallait que je vous le fasse partager. Avec son accord bien sĂ»r. Elle a acceptĂ© avec grand plaisir. Alors voilĂ , je vous prĂ©sente Pascale, 42 ans, qui après s'ĂŞtre "morfondue" dans un poste d'assistante comptable pendant onze ans, a dĂ©cidĂ© de rĂ©aliser le rĂŞve de sa vie : devenir infirmière.

Qu'est-ce qui a déclenché ton envie d'être infirmière ?
Je voulais être infirmière depuis mes 15 ans. Mais en terminale, une conseillère d'orientation m'a dit que je n'avais plus le droit de passer le concours avec un bac B, ce qui était complètement faux. Et j'ai fait l'erreur de ne pas m'être renseignée ailleurs. Je suis donc allée en fac "pour faire quelque chose" mais sans aucune motivation. J'ai passé une licence administration économique et sociale, puis j'ai été assistante comptable chez un expert comptable. Mais l'envie de devenir infirmière ne m'a jamais vraiment quittée.

Quel parcours as-tu suivi pour y parvenir ?
J'ai passé une première fois le concours d'infirmière à 29 ans, sans aucune préparation. J'ai échoué haut la main. J'avais alors un enfant de 2 ans. J'étais de plus en plus mal dans ma vie professionnelle. Il fallait que je tente à nouveau le concours avant d'être trop âgée. En accord avec mon patron, j'ai été licenciée en 2000. J'ai préparé le concours à l'aide du GRETA pour une remise à niveau en français et une aide pour les tests psychotechniques demandés pour l'écrit. J'ai réussi le concours en 2001. J'ai suivi 36 mois de formation à l'institut en soins infirmiers de ma ville, à Montbrison.

Cela t'a-t-il paru difficile ?
A l'époque, j'avais 35 ans et 2 enfants de 8 ans et 5 ans et demi. J'étudiais quand ils étaient couchés, après 21 h ou les matins dès 4 h du matin. Oui, ça a été très difficile pour plusieurs raisons :
- j'avais des problème de mémoire. Les premiers temps, j'oubliais au fur et à mesure ce que j'apprenais !
- les études d'infirmière demandent beaucoup de travail et une énorme "pression" tant à l'école que pendant les stages. Mon école est réputée pour être une des meilleures et élimine les personnes plutôt que de les voir échouer au diplôme...
- je me suis beaucoup remise en question : cela a Ă©tĂ© assez douloureux mais très salutaire. J'ai souvent failli tout arrĂŞter. Il fallait "rentrer dans le moule" et j'ai eu beaucoup de mal Ă  accepter certaines contraintes parce qu'on est toujours jugĂ©, Ă©valuĂ©.

Comment ton conjoint a-t-il vécu ton virage professionnel ?
Mon mari a tout de suite Ă©tĂ© d'accord pour que je fasse ces Ă©tudes. Mais il m'aidait peu. Il Ă©tait artisan, donc souvent absent. J'ai Ă©voluĂ©, changĂ© psychologiquement, je me suis Ă©panouie et peut ĂŞtre "Ă©mancipĂ©e" par rapport Ă  lui. Ce qu'il a assez mal vĂ©cu. J'ai eu pas mal de reproches de sa part. Il me disait : "depuis que tu es infirmière..." Bref, notre vie de couple en a fortement pâti. Nous sommes actuellement en instance de divorce et bien que nos problèmes dataient d'avant, mes Ă©tudes d'infirmière n'ont fait que les empirer.

Comment ton virage professionnel a-t-il été compris par ton entourage ?
Ma famille et mes amis Ă©taient contents pour moi et fiers que j'y sois arrivĂ©e. Mes enfants m'ont beaucoup aidĂ©. Dans mes moments de dĂ©couragement, et malgrĂ© leur jeune âge, ils me soutenaient en me disant : "Tu ne vas pas arrĂŞter ce que tu rĂŞves de faire depuis si longtemps !".

Aujourd'hui, où exerces-tu ton métier ?
Dans un petit hĂ´pital de ma ville Ă  Montbrison, au service pneumologie - cardiologie.

Quelles satisfactions en retires-tu ?
C'est que du bonheur ! On me dit plus ouverte, plus Ă©panouie. Pour rien au monde, je ne laisserais ma place. On relativise beaucoup, on n'a pas l'impression de donner car pour moi, c'est normal mais on reçoit beaucoup. Je ne regrette pas mon choix, juste de ne pas l'avoir fait avant !

(Encore un grand merci Pascale pour ton témoignage)

flèche Haut de page

mardi 28 octobre 2008

Avez-vous pris votre DIF ?

dontforget Oui, vous savez, ce droit individuel Ă  la formation ? Depuis 2005, il vous permet de vous former 20 heures par an cumulables pendant 6 ans maximum, que vous soyez en CDI, en CDD, en temps partiel ou Ă  mi-temps. Normalement, votre entreprise est tenue de vous informer du nombre d’heures restant Ă  votre compteur. Jetez un Ĺ“il dans votre bulletin de paie. C’est gĂ©nĂ©ralement au mois de janvier ou de juin que vous y trouverez votre dĂ©compte. Vous pouvez aussi trouver l’info sur l’Intranet de votre entreprise. Sinon, n’hĂ©sitez pas Ă  frapper Ă  la porte de votre DRH ou de votre supĂ©rieur hiĂ©rarchique. Parce que ce n’est pas lui qui va spontanĂ©ment vous rappeler que vous pouvez vous former… Entre nous, il a plutĂ´t tort car les salariĂ©s risquent de prendre tous leur formation au mĂŞme moment avant les 6 ans fatidiques. Mais bon, il fait comme il veut. C'est lui le patron...

La bonne nouvelle dans ce dispositif, c'est que si vous êtes en congé maternité, que vous avez pris un congé parental ou d’adoption, vos heures d’absence sont prises en compte dans le calcul du DIF. Merci à la loi de 2006 sur l’égalité salariale entre femmes et hommes !

Attention : si le DIF est un droit, ce n’est pas un dĂ». Votre employeur peut vous refuser la formation que vous lui rĂ©clamez, mais pas plus de deux annĂ©es civiles de suite. Au-delĂ , vous pourrez bĂ©nĂ©ficier d’un congĂ© individuel de formation (CIF) par le Fongecif (si l’organisme accepte votre formation !). Votre employeur devra alors financer une partie des frais.
A noter : normalement, le DIF permet de se former en dehors de ses heures de travail (pas sur vos RTT !!!). Mais dans les faits, il s’exerce souvent sur le temps de travail. Dans les deux cas, vous continuez Ă  ĂŞtre payĂ© et tous les frais sont Ă  la charge de votre employeur (dĂ©placement, hĂ©bergement, allocation formation si la formation est hors temps de travail).
Bon Ă  savoir : vous pouvez aussi utilisez le DIF pour financer un bilan de compĂ©tences ou une VAE.
Deux sites utiles : Service-Public prĂ©cise toutes les modalitĂ©s du DIF. Keldif donne la liste des accords DIF par branche professionnelle.

VoilĂ , c'Ă©tait mon petit billet info pratique de la semaine ! :-)

flèche Haut de page

jeudi 10 janvier 2008

Etudes et chĂ´mage : quand il faut frauder pour s'en sortir

C’est Gaëlle, 33 ans, mariée et mère de deux enfants scolarisés qui m’a contactée pour me raconter une situation totalement grotesque. Elle m’a autorisée à vous la faire partager. Tenez-vous bien…

Lire la suite -->

flèche Haut de page

dimanche 11 mars 2007

Se former pour devenir cadre

cadre Savez-vous que si vous ĂŞtes au chĂ´mage – indemnisĂ© ou non - ou si vous ĂŞtes salariĂ©, que vous avez un Bac+2 et au moins trois ans d’expĂ©rience professionnelle en tant que technicien ou cadre intermĂ©diaire, vous pouvez demander Ă  votre Anpe ou Ă  votre patron de suivre le Dispositif Objectif Cadre ?

Lire la suite -->

flèche Haut de page

dimanche 9 juillet 2006

Les femmes flashent sur la VAE

La quoi ?! La V-A -E ! La validation des acquis de l'expĂ©rience. Un dispositif crĂ©Ă© en 2002, qui permet de convertir un savoir-faire de trois ans appris sur "le tas" dans une entreprise ou dans une association, en diplĂ´me, titre ou certification professionnelle.

Lire la suite -->

flèche Haut de page

1 2 >


Accueil   Lundi 18 Decembre 2017