Accueil

lundi 13 octobre 2008

Timing et blues de l’homme moderne

Une note repérée tout à fait par hasard, dans l’air du temps, écrit par Stéphane, dont je ne sais rien de plus à part qu’il est alsacien comme moi ;-) Prenez le temps de tout lire. Vous apprécierez d'autant plus la chute de l'histoire...

temps « Je vis avec mon temps mais je n'en ai plus pour moi. Je ne sais pas pour vous ?

Chaque jour, je reçois 120 e-mails que je traite à hauteur d'une minute par mail.

Chaque jour, je regarde mon profil facebook et en profite pour voir comment vont mes amis sans jamais le leur demander, cela me prend bien 30 mn.

Chaque jour, je vais sur un autre profil social voir qui est venu voir mon profil en attendant Bill Gates, il y en a bien pour 30 minutes aussi.

Chaque jour, je reçois des sms que je lis, auxquels je réponds et je passe quelques petits appels pour répondre aux copains. Cumulés il y en a bien pour deux heures.

Chaque jour, je regarde mon blog et j'essaye en 30 minutes de publier quelque chose.

Chaque jour, je lis la presse locale sur internet avant de poursuivre certains articles sur d'autres sites. Une heure au moins...

Chaque jour, entre les déplacements, les aller-retours vers le bureau, les rendez-vous, les embouteillages, je passe 2 heures dans ma voiture que j'optimise en écoutant des cd relaxants.

Chaque jour, je vais poster mon courrier, prendre de l'essence ou ces petits déplacements qui sont utiles à mon quotidien. Une heure 30 minutes par jour en moyenne.

Chaque jour, je fais quelques courses pour remplir le frigo, apporter mes vêtements au pressing, acheter un livre, une nouvelle paire de chaussettes ou autre chose. 2 heures par jour sont ainsi consacrées à mes besoins personnels.

Chaque soir, je passe une heure et demi devant la télévision pour m'informer par le biais des informations régionales et nationales.

Chaque jour, je reçois 25 newsletters vitales que j'étudie pour rester "up to date" dans mon milieu professionnel. 2 heures suffisent.

Chaque jour, j'essaye de consacrer 1 heure Ă  mes proches, Ă  ma famille, car c'est important pour mon Ă©quilibre et le leur.

Chaque nuit, je dors une moyenne de 5 heures et 30 minutes.

Chaque jour, je me lave, cuisine (enfin mange), m'habille, me déshabille, encore 2 heures.

Et le reste du temps, ben je travaille. Et encore je ne suis qu'un homme, je ne suis pas une femme moderne dont les journées bien remplies font, elles, 48 heures. »

flèche Haut de page

mercredi 28 mai 2008

Mon père, le premier homme de ma vie

le_premier_homme_de_ma_vie "Dans la vie d’une femme, un père, présent ou absent, occupe toujours une place à part. Qu’il soit tyrannique ou angélique, possessif ou indifférent, distant et maladroit ou affectueux et complice, il est avant tout le premier homme de sa vie.

Il peut être l’épaule consolatrice ou le souffre-douleur, le compagnon le plus fidèle parce que "celui qui ne trompera jamais" ou l’électron libre impossible à cerner. Mais dans tous les cas, il est un point de repère. Que l’on fait sien ou que l’on écarte. Le baromètre de la vie intérieure et affective de chacune (…).

Cette figure (ce modèle ?) dĂ©termine, souvent sans qu’elle en ait conscience, les choix et les dĂ©cisions, la tonalitĂ© de la vie amoureuse et professionnelle ultĂ©rieure, de la petite fille devenue femme. Non pas que l’on soit prisonnière de son père ! Mais force est de reconnaĂ®tre combien son existence, sa personnalitĂ©, ses prises de position, les valeurs qu’il incarne, ses qualitĂ©s et ses dĂ©fauts laissent une empreinte, et mĂŞme parfois, un parfum enivrant, parfois repoussant, mais toujours tenace. Et combien ce regard masculin compte, tant il rĂ©vèle Ă  la petite fille sa fĂ©minitĂ© et fonde son pouvoir de sĂ©duction (…)."

Ces propos sont extraits de la prĂ©face du livre Ă©crit par la journaliste Olivia Benhamou Le premier homme de ma vie. Il raconte les liens qui unissent onze femmes connues Ă  leur père : Anne Goscinny, Mâkhi Xenakis, Francine Doisneau, Brigitte Lahaie, Roselyne Bachelot, Françoise HĂ©ritier, Camille Laurens...

Des témoignages touchants, étonnants, tragiques parfois, qui renvoient bien sûr à notre propre relation avec notre père. Unique pour chacune d'entre nous...

En fait, pour ne rien vous cacher, ce très beau livre me sert surtout de prétexte pour vous amener à évoquer ici votre père. Vu le poids qu'il peut avoir dans notre vie personnelle et professionnelle, j'ose me montrer curieuse... du vôtre. Oh, juste quelques mots, un souvenir, une phrase de lui que vous n'avez jamais oubliée, un trait de caractère, ce qu'il vous a appris, cela suffira. Bien entendu, si vous avez envie de vous épaucher davantage ou tiens, même de règler quelques comptes, pas de souci non plus.

Qui commence ? ;-)

flèche Haut de page

vendredi 28 mars 2008

Sacré Voutch !

Comment vous ne connaissez pas Voutch ?!?!? Mais si !!! Olivier Voutch, ce dessinateur français avec ces vieillards filiformes, aux longs nez, que l’on peut retrouver dans le magazine Psychologies, le journal Le Point ou Le Figaro Madame. Personnellement, j’adore son humour décalé et ironique.

Lire la suite -->

flèche Haut de page

vendredi 14 mars 2008

Travail/famille : les jeunes cadres veulent tout concilier

fabriceetsonfils Et oui, il n’y a pas que nous qui cherchons à concilier vie pro et vie de famille. Les pères actifs aussi se mettent à rêver de pouvoir déposer leur enfant à l’école le matin, d’être à l’heure pour le repas du soir, de les aider à faire leurs devoirs, de leur lire une histoire au lit, de s’absenter en pleine journée parce que le petit dernier s’est fait bobo à la récréation. C’est ce qui ressort d’une enquête inédite et très intéressante sur la paternité et le travail, réalisée auprès de 400 pères cadres âgés de 30 à 40 ans *

Lire la suite -->

flèche Haut de page

mardi 30 janvier 2007

Hommage Ă  mon premier patron

Il y a quelques mois, j’ai revu celui qui m’a donnĂ© ma première chance professionnelle. C’était en 19…, autant dire un bail !

Lire la suite -->

flèche Haut de page

< 1 2 3 >


Accueil   Samedi 21 Avril 2018